Saint-Lizier
Loubet del Bayle

Histoire des Belfils

Histoire de la famille Belfils


« Notre famille est originaire du Languedoc, région Ouest de Nîmes. C’étaient des paysans vaudois c’est-à-dire ayant embrassé la doctrine de Pierre Valdo, de Lyon, qui ne reconnaissait pas la hiérarchie ecclesiastique et demandait que l’Eglise revint à sa simplicité primitive. Au 12e siècle, au moment de la guerre des Albigeois, ils furent à tort confondus avec ces derniers et durent émigrer dans les montagnes de la Provence (Lubéron). Ils y vécurent tranquilles et ignorés dans la région de Merindol (Vaucluse) jusqu’au temps ou François Ier sanctionna, en 1545, un arrêt du Parlement d’Aix condamnant à mort les Vaudois. Les président d’Oppède, d’Aix, fit exécuter impitoyablement cet arrêt.

Trois garçons de la famille purent s’échapper pour gagner le pays de Montbéliard, où le protestantisme avait commencé à s’établir avec Guillaume Farel et Pierre Toussaint.
Ces trois rescapés des persécutions catholiques étaient des garçons assez instruits pour leur temps et leur condition. A une époque où les gens du peuple étaient très ignorants et illettrés, les paysans vaudois savaient lire, écrire et compter. L’hiver des jeunes gens se louaient dans les fermes et les villages pour apprendre aux enfants à lire et à écrire. On les reconnaissait à une plume d’oie passée dans la ganse de leur chapeau, et on les nommait naïvement des ‘marchands de sciences’. Plusieurs devenaient des maîtres d’école de village, aux frais des communautés. Ce fut dans ces conditions que les rescapés arrivèrent au Pays de Montbéliard ; la tradition de la famille l’affirme.
(…) Le fils de Jehan, Guillaume Belfils fut de 1590 à 1678 tisserand dans le même village. Tous trois sont mentionnés de libre condition. Belfils sur les vieux actes, est orthographiée Belfils, Belfilz et Beaufils.
Guillaume Belfils, de Seloncourt, eut deux fils :
Pierre Belfils, mentionné en 1691, qui fut maréchal-ferrant à Sochaux.
Michel Belfils (1615 – 1676), maître charpentier à Montbeliard, bourgeois de la ville du 20 novembre 1658 (page 104 du Livre Rouge des Francs Bourgeois de Montbéliard). Il fut marié deux fois : en premières noces à Biennette Malmatin de Montbéliard, - en secondes noces à Marguerite Mathoy, veuve Fostel, de Voyaucourt.
De son premier mariage il eut quatre fils, savoir :
Jean-Belfils, marchéchal-ferrant à Audincourt (1645-1718), marié à Catherine Fostel, la fille de sa belle-mère. Bourgeois de Montbeliard.
Georges Belfils, bourrelier à Montbeliard, derrière les Halles. Mort en 1724.
Pierre Belfils, tisserand à Seloncourt. Marié à Elisabeth Sircoulon. Mort en 1703.
Nicolas Belfils, cultivateur à Sochaux, marié à Catherine Vasseur, mort en 1703.
Nous descendons de ce Nicolas. Les enfants et petits-enfants de ses frères maréchaux-ferrants et cultivateurs à Sochaux et Audincourt, ont fourni pendant un siècle une série d’échevins et de maires à la communune d’Audincourt. A partir du XIXe siècle, la branche de Montbéliard n’a plus de rapport avec celle d’Audincourt.
Deux fils de Nicolas se fixèrent définitivement  à Montbéliard :
Georges Frédéric Belfils, né en 1690, mort en 1775. Tailleur à Montbéliard.

Claude Belfils, né en 1695, mort en 1780. Bourrelier à Montbéliard. Bourgeois. »

Georges Belfils, notes manuscrites

Généalogie


• Voir l’histoire du blason de la famille Belfils.

• Voir également l’histoire de Jean Belfils à Saint-Lizier.

Arbre généalogique de la famille de Jean Belfils et de ses enfants.

Arbre généalogique


Loups, Loubet & Couserans